Uber s’associe à Adomni pour devenir une véritable régie publicitaire


25 février 2020

UBER accélère dans la publicité. En effet, le géant américain des VTC et de la livraison de repas vient de signer un accord avec la start-up Adomni, AdTech out-of-home (publicité extérieure en français), pour placer des panneaux publicitaires sur le toit d’un millier de véhicules dans trois villes américaines d’ici le 1er avril. Si l’installation de tels dispositifs publicitaires sur les véhicules des chauffeurs d’Uber n’est pas une nouveauté, ce partenariat marque un tournant puisque la plateforme va diffuser pour la première fois ses propres annonces.

Concrètement, les chauffeurs d’Ubercirculant à Atlanta, Dallas et Phoenix auront la possibilité de participer à ce programme pilote. Ils recevront 300 dollars pour installer un panneau publicitaire sur le toit de leur véhicule, puis 100 dollars chaque semaine, en conduisant plus de 20 heures avec l’écran publicitaire activé. Après le 1er avril, les conducteurs seront payés en fonction du nombre d’heures passées au volant pour le compte d’Uber. Les véhicules prenant part à ce programme afficheront des publicités statiques ou vidéo de huit secondes en fonction de la géolocalisation et de l’heure de la journée. En fonction des premiers résultats de cette expérimentation, elle pourrait être étendue à d’autres villes américaines en avril et au-delà.

Une nouvelle filiale pour vendre les espaces publicitaires sur le toit des véhicules 

Jusqu’à présent, les chauffeurs d’Uber pouvaient installer des panneaux publicitaires sur le toit de leur voiture en passant par des opérateurs tiers comme Firefly ou Cargo. Désormais, le groupe américain veut prendre davantage le contrôle des opérations publicitaires impliquant sa flotte de véhicules. Dans ce sens, le leader mondial des VTC vient de créer une nouvelle division, baptisée «Uber OHH Powered by Adomni».

Cette filiale sera la régie publicitaire d’Uber pour commercialiser les espaces publicitaires sur les véhicules de ses chauffeurs. «Après avoir exploré cette idée pendant plus d’un an maintenant, nous avons réalisé que le moment était idéal pour lancer ce nouveau réseau publicitaire et que nous ne pouvions espérer avoir un meilleur partenaire qu’Adomni», a déclaré Brett Baker, responsable d’Uber OOH. Fondée en 2016, la start-up américaine Adomni revendique 165 000 écrans publicitaires connectés à travers le monde. Jonathan Gudai, le patron d’Adomni, a indiqué que la nouvelle filiale d’Uber était en discussion avec des annonceurs de premier plan, comme des chaînes de restauration rapide.

Lyft mise également sur ce modèle avec le rachat de Halo Cars

Le choix d’Uber d’opter pour cette approche publicitaire n’est pas étonnant dans la mesure où ses chauffeurs réclament régulièrement une meilleure rémunération. De plus, la plateforme est en quête de revenus supplémentaires pour atteindre la rentabilité, qui se fait encore plus attendre par les investisseurs depuis l’entrée en Bourse d’Uber l’an passé. Alors que la firme américaine se fixe pour objectifs d'etre rentable en 2020, elle a perdu 8,5 milliards de dollars en 2019. Cependant, en installant des panneaux publicitaires sur le toit des véhicules de ses chauffeurs, Uber se rapproche de plus en plus de l’industrie qu’elle concurrence : celle des taxis.

Toutefois, Uber n’est pas la seule plateforme de VTC à s’engager dans cette voie. Pas plus tard qu’hier, Lyft mettait la main sur la start-up new-yorkaise Halo Cars pour permettre à ses chauffeurs d’installer des panneaux publicitaires connectés sur le toit de leur voiture et ainsi gagner jusqu’à 400 dollars supplémentaires par mois. Si les panneaux publicitaires sont désormais connectés et permettent de diffuser des vidéos, la recette n’a pas vraiment changé. La publicité à l’ancienne a visiblement de beaux jours devant elle.

French web